Les coups répétés des patrons et de l'Etat à leur service pourraient nous prendre de vitesse. Nous avons pris l'habitude de résister, de nous battre contre notre propre patron, avec plus ou moins de succès, mais nous ne mesurons pas encore ce qui vient.

 

Nos patrons, liés entre eux pour leur meilleur et pour notre pire, se sont engagés, avec Macron, dans une course en avant pour détruire : le code du travail, le CDI, la fonction publique, la Sécu, les retraites, et à toute vitesse ! Si nous restons sur nos positions héritées de temps un peu moins difficiles, nous allons nous faire laminer.

 

Ce qui est en jeu ce sont désormais nos conditions de vie, qui, si nous ne sommes pas capables de répliquer, vont se dégrader d'une façon que peu d'entre nous peuvent imaginer... Les plus précaires, les privés d'emploi, les jeunes exploités en savent déjà quelque chose...

 

C'est donc sur des bases plus offensives, en portant un projet alternatif au capitalisme, en prenant en compte la dimension politique fondamentale de la razzia patronale en cours, que nous allons construire la résistance.